Red & Black Light et Kalthoum, les deux prochains albums d’Ibrahim Maalouf.

Ibrahim_MaaloufIbrahim Maalouf, célèbre trompettiste français d’origine libanaise nous dévoile les coulisses de la création de ses deux prochains albums. Ibrahim met la Femme en lumière, celle d’aujourd’hui avec Red & Black Light, et celle d’hier avec Kalthoum. Immersion dans son univers à travers un road trip musical tourné aux Etats-Unis.

12 jours, 5 concerts et 1 album résumé dans une vidéo-reportage, c’est le cadeau d’Ibrahim à ses fans. Rencontres, échanges, concerts, enregistrement de l’album Kalthoum, immersion dans le riche quotidien d’un artiste libre et ouvert sur le monde.

Movement 1, premier extrait de l’album Kalthoum.

Sortie de ses deux nouveaux albums le 25 septembre, stay tuned !

www.ibrahimmaalouf.com

Ibrahim Maalouf

 Sa biographie :

En 2014, Ibrahim Maalouf reçoit pour son album « Illusions » une Victoire de la Musique dans la catégorie Meilleur album de musiques du monde. C’est un moment historique pour lui et pour tous les musiciens puisque c’est la première fois en 29 ans que les Victoires de la Musique récompensent un projet uniquement instrumental.

Le grand public découvre alors un artiste complet dont il ne connaissait que ses collaborations avec Amadou et Mariam, Vincent Delerm, Sting, Matthieu Chédid, Salif Keita, Lhasa de Sela, etc.… pour n’en citer que quelques unes.

La même année,  il réalise et compose les albums « Funambule » pour Grand Corps Malade qui deviendra double disque d’or, et le très confidentiel « Something came with the sun » pour la suédoise Isabel Sörling tiré seulement à quelques centaines d’exemplaires.

En 2015, c’est une nomination aux Césars pour la bande originale du film  « Yves Saint Laurent » de Jalil Lespert qui le remet au devant de la scène, et si composer pour le cinéma est une passion qui lui prend de plus en plus de temps, la chanson n’est pas en reste puisqu’il vient de produire, réaliser et composer sur son label « Mi’ster » l’album qui marquera le retour sur scène de la chanteuse Natacha Atlas.

Ibrahim parcourt le monde depuis la trilogie « DIA » (3 albums sortis entre 2007 et 2011), jusqu’à son hommage à Miles Davis « WIND » sorti en 2012 qui lui valut également la Victoire du Jazz « Artiste de l’année », et pourtant cela n’est que la partie visible d’une vie musicale commencée dès son plus jeune âge. On ne se doute pas du parcours rare de ce musicien éduqué dans une double culture musicale, en grande partie grâce à l’instrument unique au monde inventé par son père Nassim Maalouf, la trompette à 1/4 de tons, qui permet de jouer les modes propres à la musique arabe.

Ibrahim hérite d’une petite perle de l’histoire musicale contemporaine, les instruments acoustiques inventés de nos jours sont en effet bien rares.

Et si on père lui enseigne l’art de l’improvisation arabe, il l’éduque également très jeune à la technique de la trompette classique pour jouer avec lui des concertos baroques, classiques, modernes et contemporains, dés l’âge de 9 ans un peu partout en Europe et au Moyen-Orient.

Au tout début des années 2000, avec plusieurs prix de concours internationaux en poche ainsi que le diplôme du Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, Ibrahim avant tout compose et improvise. Il se nourrit de tout, au travers des rencontres, allant du hip hop à la musique électronique, en passant par les musiques africaines, indiennes, balkaniques, le jazz, le rock, le hard rock, la pop, les musiques sud américaines ou simplement la chanson.

De ces rencontres naissent donc ses compositions et créations, que ce soit pour ses albums ou pour des commandes de festivals, compagnies de danse, films ou orchestres.

Ibrahim compose et ne s’en lasse aucunement.

Avec de nombreuses œuvres pour orchestres symphoniques, chorales, chœurs d’enfants, ensembles divers, avec ou sans sa trompette 1/4 de tons, Ibrahim explore, cherche et ne s’interdit rien.

Ibrahim est un enfant de Beyrouth, né sous les bombes en 1980, dans un Liban décimé par la guerre civile. À 12 ans, il se rêve en architecte libre pour reconstruire son pays. Ce sera finalement grâce à sa musique qu’Ibrahim transmettra son souffle de liberté.

La transmission est même devenue un élément majeur de son travail.

Il rencontre toutes les semaines de futurs musiciens professionnels classiques étudiants dans les conservatoires parisiens et qui apprennent avec lui à se libérer de leurs codes pour découvrir un espace d’expression qu’ils connaissent peu : l’improvisation.

Ses albums, ses collaborations et ses nombreux projets à venir sont le reflet de cette liberté qu’Ibrahim Maalouf revendique avant tout.

Ce contenu a été publié dans Accueil, En bref, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.